Ressources pédagogiques

 

 Les ressources humaines 

Les équipes pédagogiques de l’IFSI et de l’IFAS sont composées de professionnels infirmiers cadres de santé en prise directe avec la réalité professionnelle.
Une documentaliste est chargée de l'animation du CDI (centre de documentation).
Les professionnels spécialisés issus des établissements de santé, du secteur social complètent ces enseignements.
Les enseignants universitaires de Limoges (médecine, pharmacie, santé publique, économie de la santé, sociologie, recherche…) interviennent sur les savoirs fondamentaux par visio conférence ou en présentiel.

 

 Les ressources matérielles

Des moyens pédagogiques intégrant les nouvelles technologies sont à la disposition des étudiants, des élèves et des formateurs : 

• Amphithéâtre et salle de cours dotés d’un équipement de visio conférence. Les cours sont enregistrés en podcasts.

• Connexion WIFI

• Accès à l'espace numérique de travail à l'université de Limoges

• Le centre de Documentation et d’Information (CDI) informatisé dispose d’un fond documentaire diversifié se rapportant à la fois aux soins, à la prise en soins des patients et aux sciences humaines. Une mise en réseau avec le service central de documentation de l’université de Limoges est en cours. Des abonnements de revues numérisées et spécifiques à la profession sont à disposition.

• 5 laboratoires cliniques permettent aux étudiants et élèves de s’entrainer pour les épreuves pratiques en simulant des situations de soins. Un laboratoire est spécifiquement dédié à la simulation en soins équipé de matériel vidéo ,d’un tableau numérique ,d’un mannequin informatisé et d’une salle de débriefing.

 

 

 La pédagogie inversée

Cette méthode modifie le schéma classique de l’enseignement. En effet, l’apport de connaissances n’est plus fait de façon magistrale en classe. Des ressources sont ainsi mises à disposition des étudiants pour un travail préparatoire à la maison afin d’assimiler par eux-mêmes certaines connaissances. De retour en classe, des groupes sont constitués pour pouvoir travailler sur des situations complexes nécessitant un travail de coopération au sein du groupe. Ainsi, la construction de la séquence pédagogique va se dérouler en plusieurs étapes :

  • Avant, sur site ou à la maison : mise à disposition par le formateur de ressources sur une thématique (format papier ou numérique avec capsules vidéo de courte durée) ; l’étudiant peut les travailler seul ou en groupe
  • Un guide de questions, QCM, QROC cible les connaissances nécessaires à assimiler 
  • En classe : mise en lien des connaissances dans une situation donnée nécessitant une interaction, une coopération au sein de chaque groupe. Le formateur circule pour guider  les recherches, questionne. Il n’est plus dans une posture « frontale », mais bien côte à côte avec l’étudiant.
  • Une production des étudiants est mise en commun et enregistrée.

 

Bien que le numérique ne soit pas indispensable, son utilisation est intéressante dans le sens où elle peut permettre aux apprenants, qui ont plus de difficultés, à lire de visionner des capsules vidéos : il s’agit d’un média plus engageant qu’un livre ou un article. Le fait d’intégrer des questions va permettre à l’étudiant de préparer la séance qui va se dérouler en classe, de s’auto-évaluer avant celle-ci et de pouvoir revoir certains contenus vidéo.

L’environnement de travail que représente la salle Agor@ à l'IFSI de Tulle permet ainsi d’optimiser l’expérience d’apprentissage des étudiants grâce à l’intégration de ressources vidéos au cours de ces temps d’enseignements.

 

 L'apprentissage par la simulation 

 

 

 

Comment acquérir des compétences en situation simulée ?

 

 

Les compétences ne s’enseignent pas, elles s’entrainent au travers de scénarios de soins réalistes où l’étudiant va se confronter à des problèmes à résoudre. Cette confrontation va susciter un questionnement, mobiliser ses connaissances et lui permettre de prendre des décisions, pour agir sans risque pour le patient.

La simulation procédurale : 

 

Pour apprendre un protocole de soin, travailler la dextérité, l’organisation, décomposer un geste sous le regard d’un formateur.

L’étudiant est plus centré sur la technique du soin, le comportement est moins privilégié à l’inverse de la simulation avec scénario.

 

 

 

 

Le débrieffing, c’est le moment où l’on intègre

 

Après l’exercice simulé : parole d’abord aux étudiants qui ont tenu un rôle sous les yeux de leurs pairs, puis le groupe s’exprime.

Exercice d’analyse de pratique, feed back sur les comportements, critique constructive pour tirer partie de l’expérience vécue.

Le formateur est un facilitateur, il anime et guide le groupe pour approfondir la réflexion, favoriser l’explicitation et  la compréhension de son processus d’apprentissage. 

La régie : 

 

Derrière le miroir sans  tain, la régie,  le matériel d’enregistrement audio et vidéo.

Certains scénarios sont filmés et rediffusés lors du débriefing. La partie technique demande une formation, il est nécessaire de savoir filmer, enregistrer, connaître le logiciel de montage, une compétence en informatique est indispensable.

Chaque séance est obligatoirement animée par 2 formateurs en complémentarité, l’un expert dans le thème choisi, l’autre centré sur l’organisation et la logistique. Au travers d’un micro, il prête sa voix au mannequin, permettant ainsi un échange soignant-soigné.

 

 

 

La pratique des soins de base en simulation dans la formation aide soignante : 

 

Cette formation courte de 11 mois compte un public hétérogène, jeunes adultes, trentenaires ou plus, reconversions professionnelles, parcours partiels…

Certains n’ont aucune expérience du soin. La simulation permet de les familiariser, de les préparer au stage, de leur donner confiance.

 

 

 

La simulation au cœur des soins : Bébé Simon entouré d’une puéricultrice et d’une étudiante infirmière

 

En partenariat avec le service de pédiatrie du centre hospitalier de Tulle, une chambre est dédiée à la simulation dans le service.

Les soins à l’enfant requièrent expérience, confiance en soi, dextérité, l’entrainement en simulation permet de s’exercer sans risque.

Cette atelier sera progressivement ouvert à tous les stagiaires, aux professionnels débutants ou nécessitant de développer des compétences dans les soins à l’enfant.